Le Misanthrope de Molière - PROGRAMME

Le Misanthrope de Molière par l'Infini Théâtre

Alceste n’est pas misanthrope « de naissance » mais l’est devenu par déception. Son charisme et sa volonté de sincérité absolue n’engendrent que procès, conciliations, disputes et altercations. Comment s’en sortir quand la femme qu’on aime se trouve être « la people » de l’internet par excellence?

Célimène reçoit des milliers d’adhérents dans son salon virtuel rose millennial (désigné couleur de la mode en 2016 !)

En s’obstinant à ne pas vouloir jouer le jeu des écrans et des réseaux sociaux, capter l’attention de la belle s’avère un vrai parcours du combattant pour Alceste, porte-parole d’un Molière qui était, lui, désemparé par les attitudes de séductrice et le succès de sa jeune femme Armande, apparemment détachée de lui.

Eperdument amoureux mais perdus dans cette société où l’apparaître et l’ être se confondent, Alceste et Molière décrient le monde comme redoutable. De la même manière, sur la toile de fils virtuels , l’homme peut être un loup pour l’homme.

Alceste perdra son procès ! Les jeux de Célimène l’auront conduite au désastre. Elle lui glissera entre les bras. Elle chute. Il part ! Nous le regretterons ; ils sont aussi humains que nous, nous les aimons !

Dominique Serron

LE CONTEXTE

Au XVIIème siècle, les salons précieux rassemblaient les coquets, les frivoles, les opportunistes et les arrivistes, mais aussi des artistes et des intellectuels, plus ou moins doués mais tous gourmands d’existence et de reconnaissance sociales.

Au XXIème siècle, le mondain s’est démocratisé et possède un compte Twitter, le hipster poste des photos sur Instagram, et la coquette tient salon sur son blog ou sur Facebook…

Le numérique n’a pas inventé les pratiques anciennes de réécriture de soi mais les réinvestit en les ouvrant à la portée du plus grand nombre mais aussi en même temps à des dangers d’exposition sans limite.

Les salons précieux s’offrent volontiers à une comparaison aux réseaux sociaux : la mise en scène de l’identité exacerbée par le portraitiste et l’affichage de la personnalité du quidam sur internet ; la consécration de l’artiste de salon précieux et le succès du créateur exerçant sur la toile. Une exhibition, sans réserve qui exacerbe les affects. Une porosité incontrôlable entre le réel et le virtuel trouble les frontières de l’intime et du public, engendrant par la plume de Molière, des situations de crise démesurées et des discussions interminables.

CELIMÈNE

Sur les blogs de dressing, chronique ou critique, on rencontre des adolescentes qui veulent s’affirmer, des sottes ou des perverses mais aussi des filles passionnées par la mode, leur mode à elles, celle qu’elles inventent en poétisant leur quotidien.Elles ont des prénoms de fées et rayonnent de leur personne en publiant le moindre souffle de leur création. Déco, gestuelle, maquillage, bien être , recette de jus de santé, idée récupération, accessoires « vintage », gâteau gourmand, tout est motif à s’afficher en se disant, se nommant et apparaissant au delà de soi-même, sur les écrans.

Nous situons Célimène au milieu de tout cela. Au coeur d’une vie bien d’aujourd’hui.Une femme qui affirme son identité à travers ses paroles et sa création, son look et ses goûts. Authentique et créative, elle peut acheter un chemisier de seconde main des années 70, un kimono véritable et le porter avec ses baskets fétiches simplement parce que ce qu’elle aime ne peut être que beau. Elle porte ce qu’elle veut, elle est ce qu’elle montre d’elle et ne cache rien, même pas son arrogance jouissant jusqu’au bout des ongles d’une insolente liberté du corps.

LA FABLE

Alceste, le misanthrope, pourrait être le meilleur des hommes ; malheureusement il lui manque une vertu : l’indulgence ! Dans son rigorisme, il pousse la franchise jusqu’à la brutalité. À son intolérante humeur déçue mais rebelle, Molière oppose l’esprit accommodant et désabusé de son ami Philinte, qui lui, préfère n’être l’ennemi de personne.

Dès le premier acte, Alceste se met une affaire d’honneur sur les bras, pour avoir dit sa façon de penser à un certain Oronte, un « ami » de sa belle, venu lui soumettre un sonnet de sa composition.

Mais il a déjà un procès sur le dos, au sujet duquel Philinte l’avait mis en garde et l’engageait à aller « visiter » ses juges ; confiant dans l’évidente légitimité de sa cause, il s’y oppose mais s’emportera contre le genre humain lorsqu’il apprendra que son adversaire a triomphé.

Enfin, en dépit de ses principes, Alceste a la faiblesse d’être épris d’une femme qui, bien loin de partager ses goûts et ses idées sur le monde, revendique son indépendance, sa liberté et incarne un modèle de mondanité.

L’INFINI THÉÂTRE

L’Infini Théâtre aime cultiver un répertoire de premier choix, pour le tout public, et recentrer les distributions des rôles en partitions à jouer (ici 5 acteurs pour 11 rôles) Cet esprit d’équipe permet aussi aux artistes de se relayer pour une même partition , partager des rôles et ainsi, poursuivre parallèlement au projet de troupe, celui de leur carrière individuelle. Ainsi le rôle d’Alceste sera interprété par Patrick Brüll ou Laurent Capelluto selon l’agenda.

Dernièrement, le travail de la compagnie a été présenté au Théâtre des Martyrs avec No Body Else (2016), Ubu Roi, Carmen – La véritable histoire (2015) et Le Cid (2013). Aujourd’hui l’Infini noue de nouvelles complicités avec des partenaires privilégiés : L’Atelier Théâtre Jean Vilar, La Comédie Claude Volter, et La Virgule à Tourcoing et de nombreux centres culturels. Exceptionnellement et à l’occasion de ses 30 ans, l’Infini crée LE MISANTHROPE en accueil au Studio Thor, voisin de son atelier de répétition. Nous saluons le chorégraphe et directeur de compagnie, Thierry Smith pour cette chaleureuse invitation dans son lieu.

Prochaine création: Le Sacre et L’Éveil du 18 avril au 6 mai 2018 à la Comédie Claude Volter en coproduction avec cette dernière et L’Atelier Théâtre Jean Vilar.

REMERCIEMENTS

Nous remercions vivement pour leur soutien Madame Nassyma Bentchikou, Smart et particulièrement Monsieur Sandrino Graceffa. Le PBA de Charleroi et particulièrement Pierre Bolle. Notre conseil d’administration, notre assemblée Générale et particulièrement notre présidente Madame Anne Rayet, ainsi que tous ceux qui ont aidé l’Infini ces derniers mois : artistes et amis qui se reconnaîtront.

Le spectacle est également joué du 17 au 27 octobre 2017 au Théâtre Jean Vilar: Rue du Sablon (derrière la Place Rabelais à Louvain-la-Neuve). Représentations à 20h30 sauf le jeudi à 19h30 et le dimanche à 16h. Relâche les 24 et 25 octobre.

 

 

 

 

 

Photos (c) Pierre Bolle
CE QUE LA PRESSE EN DIT:

DISTRIBUTION

Laure Voglaire (Célimène)

Alexia Depicker (Arsinoé et Eliante),

Patrick Brüll  ou Laurent Capelluto (Alceste),

François Langlois (Philinte)

Vincent Huertas (Tous les autres!)

 

Mise en scène : Dominique Serron

 Assistante Artistique Générale : Florence Guillaume

Set Design: Manon Meskens

Création vidéo, teaser et photos : Abdel El Asri

Création costumes : Chandra Vellut

Création lumières : Xavier Lauwers

Assistants Artistiques Dramaturgie et Pédagogie: Vanessa Fantinel et Paul-Henry Crutzen

Constructeur Décor: Jacques Magrofuoco (Atelier Théâtre

Photos de plateau: (c) Pierre Bolle

Régisseur général: Bruno Smit

Stagiaire Assistanat Artistique: Maïlys Dumon

Stagiaire préparation scénographie: Clémentine Gomez

 

Communication et Diffusion: Marie-Christine Baeyens

Administration et Assistinat de production: Florence Dangotte

HISTORIQUE DE CREATION

Création:

à Bruxelles du 27/09 au 14/10/2017  en accueil au Studio Thor, avec le soutien du 210 « Hors les murs »  au 49 rue Saint-Josse à 1210 Saint-Josse-ten-Noode  info et réservations : www.atelier210.be  ou 0477 25 86 61  

du 17 au 27 octobre 2017  à l’Atelier Théâtre Jean Vilar à Louvain-la-Neuve Info et réservations : www.atjv.be ou 0800 25 325 ou reservations@atjv.be

 

En tournée :

Le 7 novembre à la Maison de la Culture de Arlon

Le 9 novembre au Wolubilis à Bruxelles  www.wolubilis.be ou 02 761 60 30

Du 15 au 17 novembre au Centre Culturel de Mouscron/La Virgule www.lavirgule.com ou 056 860 164 ou resa@lavirgule.com

Les 20 et 21 novembre au Centre Culturel de Nivelles  www.centrecultureldenivelles.be ou 067 88 22 77

Du 22 au 25 novembre au Palais des Beaux Arts de Charleroi www.pba.be  ou 071 31 12 12

Les 28 et 29 Novembre au Centre Culturel de Ciney www.centreculturel.ciney.be ou 083 21 65 65  

Le 2 décembre au Centre Culturel René Magritte à Lessines www.ccrenemagritte.beou 068 250 600 ou reservations@ccrenemagritte.be  

 

MENTIONS LEGALES  

Une création de l’Infini Théâtre coproduite par l’Atelier Théâtre Jean Vilar et DC&J Création. Réalisée avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de la Loterie nationale, du SPFB, de l’Atelier 210, du Tax shelter du Gouvernement fédéral belge et d’Inver Tax shelter.

Prochaines Dates

Pas d'événements prévus