Un théatre authentique

L’Infini est plus qu’une compagnie de théâtre, c’est avant tout un laboratoire artistique qui s’appuie sur un regard singulier avec l’être humain en ligne de mire. 

Une actualité riche en rebondissements

Des partenariats solides et de nouvelles créations en cours, l’histoire de l’Infini n’en n’est qu’à son commencement.

L’Infini est une équipe, une troupe, non au sens traditionnel mais bien novateur qui, malgré les obstacles et les contingences économiques, parvient à maintenir une dynamique d’atelier fondée sur une démarche humaniste défendant l’utopie culturelle et l’engagement dans l’art ainsi que la pratique du grand répertoire. Une création initiée par le corps mais où le texte reste cependant central.

En 1986 Dominique Serron, a fondé L’Infini avec son Conseil d’administration pour présenter en 1987 Alice d’après Lewis Carrol au Botanique. Depuis ce grand succès des débuts – Bourse de la Vocation, Grand prix du théâtre, prix des â Aiguillons d’or de l’hebdomadaire Le Pourquoi pas , 200 représentations – la Compagnie a continué à se distinguer par une approche singulière et actuelle des textes du grand répertoire dramatique ou romanesque.

Dominique défend un lien fondamental entre le théâtre et l’éducation citoyenne.

 Un projet de création qui explore les langages du spectacle vivant qui allie étroitement théâtre et transmission, par l’intermédiaire d’ateliers, de rencontres, â d’animations scolaires, de conférences et de publications. Créatrice, auteure mais aussi pédagogue reconnue pour son style et ses exigences, persistant autant dans le domaine de la recherche théorique que dans l’exercice de la direction d’acteur ; par sa pratique, Dominique défend un lien fondamental entre le théâtre et l’éducation citoyenne.

En 30 ans, l’Infini a multiplié diverses expériences de résidences et de partenariats : des débuts au Botanique 3 ans, une saison phare avec 3 coproductions au Théâtre National, une première â résidence de 4 ans au Jacques Franck à Saint-Gilles au début des années ’90, un partenariat de près de 10 ans avec la scène nationale de l’Hexagone à Grenoble, 2 cycles de 4 ans au Théâtre de â Namur, 6 ans dans la commune d’Ixelles au Théâtre Molière et plus récemment 3 saisons de â partenariat avec le Théâtre des Martyrs à Bruxelles â ; autant de moments de rencontres et de renouvellement pour une pratique sans cesse nourrie par la recherche du sens ainsi que de la méthode. Enfin, depuis plus de 10 ans, un partenariat informel mais fidèle nous lie au PBA.

L’infini de nos jours

 

 

Aujourd’hui, c’est à travers la pluralité que l’originalité de son geste continue de s’affirmer pleinement. L’Infini fait des rencontres, s’adapte aux structures auxquelles il s’associe et s’est fidélisé fin 2016 à trois partenaires privilégiés : L’Atelier Théâtre Jean Vilar à Louvain-la-Neuve, La Comédie Claude Volter à Bruxelles et La Virgule à Tourcoing.

Une démarche authentique qui bénéficie d’une large audience quels que soient les lieux, et s’inscrit dans la durée, signant une identité forte qui s’est construite autour d’une créatrice.

 

Les artistes de l’infini se décrivent comme adhérents à un acte de création complet

Dominique Serron, primée à de multiples reprises, soit individuellement soit collectivement, a réuni l’attention et la force de création d’un groupe d’artistes qui, au fil des spectacles, ont fait le choix de participer à cette aventure théâtrale comme activité non exclusive mais prioritaire

Cet esprit de troupe se veut aussi à l’écoute de l’acteur et de sa carrière individuelle ; depuis 2005 nous imaginons des clés de distribution à géométrie variable. Nous citerons, par ordre d’ancienneté : Luc Van Grunderbeeck, France Bastoen, Daphné D’Heur, Laurent Capelluto, Patrick Brüll, Laure Voglaire, Fabrizio Rongione, Vincent Huertas, Alexia Depicker, François Langlois, Florence Guillaume, Abdel El Asri qui se relayent pour créer, mais aussi pour encadrer le travail, le penser et contribuer à sa mise en œuvre.

A l’occasion de chaque production, une équipe se définit en interne et fait appel à des artistes dont les interventions seront ponctuelles. 

Les artistes de l’Infini se décrivent comme adhérents à un acte de création complet: à la fois au seuil d’une discipline technique qui les invite à la formation et au renouvellement de leur moyens mais aussi à celui d’un acte prenant son sens dans un débat où chacun a non seulement un rôle à jouer mais aussi une parole à prendre.