DANS LA MESURE DE L’IMPOSSIBLE

de Tiago Rodrigues

Cette présentation met en perspective le projet de l’Infini de 2025 : le triptyque du même auteur, Iphigénie, Agamemnon, Electre. Sa regrettable actualité offre des mots très simples pour dire le tragique de notre cruel présent, nourrissant de vécu, les contes issus de la mythologie grecque. Finalement, le théâtre ne pourrait-il pas vraiment sauver le monde ?

Baptiste. – Je ne sais même pas pourquoi je raconte cette histoire.
Ça ne servira à rien pour votre spectacle. C’est absolument impossible
de montrer au public ce qui s’est passé. Je veux dire : comment ça
s’est passé. Vous pouvez peut-être reproduire ce qui s’est passé,
mais comment ça s’est passé ?
Ça c’est invisible… il fallait y être.
Vous pouvez peut-être raconter l’histoire au public, mais vous ne
pourrez pas montrer ce qui s’est réellement passé. Il vous faudrait
une ville entière complétement détruite. Ça ne peut pas être un
décor en carton avec un ou deux bâtiments en ruines. Il vous
faudrait une ville entière en ruines, dans une des régions les plus
impossibles de tout l’impossible. Il vous faudrait des explosions,
des fusillades en plein cœur d’une bataille, dans une ville décimée.
Il vous faudrait cinq cent mille personnes – cinq cent mille
personnes prises en otage dans la bataille, parce que les deux
puissances en guerre forcent les gens à rester, personne ne peut
dire qui est avec qui. Cinq cent mille personnes prises au piège
dans une ville détruite au cours d’une bataille sanglante,
vous n’avez pas le budget pour montrer ça. Vous pouvez
peut-être demander au public de l’imaginer, mais… on ne peut
pas l’imaginer. C’est impossible à imaginer. Impossible.

Tiago Rodrigues, Dans la mesure de l’impossible,
Les Solitaires intempestifs, 2022, p. 34

 

Pour construire cette pièce, l’auteur avait rencontré, à Genève, des travailleurs de l’humanitaire officiant pour le Comité international de la Croix-Rouge ou Médecins sans frontières. Il ne s’agit pas de théâtre documentaire mais bien d’un théâtre documenté qui assume avec générosité et humour la mise en forme du réel. En menant une série d’entretiens avec ces personnes engagées dans l’action humanitaire, Tiago Rodrigues a imaginé un texte intimiste mais universel qui rend compte des désastres collectifs.

Fils d’une mère médecin et d’un père journaliste, l’auteur s’est souvent demandé pourquoi il avait choisi de raconter le monde plutôt que de le sauver en agissant de manière plus concrète. Dominique Serron se pose souvent la même question : face à l’éphémère des jeux du théâtre et ses incorrigibles grimaces. Que faire de l’intime besoin d’aider le monde et de celui d’enraciner ses projets au plus proche de l’essentiel de la vie ?

Ce texte, choisi par l’Infini Théâtre ; rapproche une fois de plus, fiction et réalité. Par le passé, la compagnie avait déjà réalisé, en écho aux événements terroristes, des lectures débats autour du texte Les Justes, de Camus.

Après la lecture du texte mis à l’honneur par une mise en jeu, l’assemblée débat des questions soulevées par la pièce et ses contenus. Place aussi à des témoignages- l’impossible de l’ordinaire-des ateliers d’écriture et/ou d’éloquence pour les jeunes et le tout public.

Distribution en cours

Prochaines dates :