Image Image Image Image Image

Reprise 

“Le Cid” 

de Corneille

Le 30 Juillet 2017 – 21h45 – Place de la Liberté

au Festival des Jeux du Théâtre de Sarlat – Dordogne – Périgord (24)

Et prochainement…

“Le Misanthrope” 

de Molière

Création à partir du 27 Septembre 2017 à Bruxelles au Studio Thor

et à partir du 17 Octobre 2017 à l’Atelier Théâtre Jean Vilar (Louvain-La-Neuve)

Scroll to Top

To Top

Historique

07

Mar
2013

No Comments

In Historique

By admin

Le théâtre populaire comme assise de la pensée

On 07, Mar 2013 | No Comments | In Historique | By admin

« (…) le Théâtre populaire est celui qui obéit à trois obligations concurrentes, dont chacune prise à part n’est certes pas nouvelle, mais dont la seule réunion peut être parfaitement révolutionnaire : un public de masse, un répertoire de haute culture, une dramaturgie d’avant-garde. »
Roland Barthes, Pour une définition du théâtre populaire, 1953.

Le théâtre populaire comme assise de la pensée.

L’Infini existe depuis plus de 25 ans et a traversé les différentes périodes de tutelles de la culture et aventures de partenariat sans jamais perdre son identité intrinsèque face aux modes ou aux pressions extérieures.

La compagnie, fondée en 1986, a multiplié les expériences de partenariat et de résidence : au Centre Culturel Jacques Franck à Saint-Gilles, à l’Hexagone à Grenoble, au Théâtre de Namur, puis dans la commune d’Ixelles où elle finit par s’implanter au Théâtre Molière en 2005.

Ainsi, en cherchant comment aller vers l’autre, ces 10 dernières années, elle a tissé des connexions entre différentes planètes du monde du spectacle par des collaborations extrêmement variées. Le théâtre de rue et les Bonimenteurs ; Le Jeune  Public et les Mutants ; le théâtre Lyrique et le PBA de Charleroi et, plus récemment, le théâtre Royal du Parc et le théâtre de la place des Martyrs.

Ces dernières années, encouragée par différentes instances, la directrice de L’Infini a aussi postulé à la direction de plusieurs théâtres en répondant aux appels d’offre publics. Ces expériences de dossiers de candidature l’ont rapprochée du cœur de la profession et ont créé des liens de reconnaissance. Son équipe, en ébullition permanente, sans cesse sollicitée par la jeunesse, ne cesse de s’imposer.

Aujourd’hui, elle se tourne vers les grandes institutions qui semblent s’ouvrir très attentivement  à sa pratique théâtrale en respectant cependant ce qui lui est singulier. Des méthodes de création centrées sur le jeu et le développement des capacités multiples de l’acteur. Un travail sur le temps, la durée et l’endurance. Une recherche en profondeur qui génère une éthique humaniste de la création théâtrale et son ancrage dans le corps des êtres. Un travail idéologique sur la troupe, son fonctionnement et la manière d’apparaître ainsi aussi sur la scène symbolique du monde.

Fin des années 70’, alors qu’elle est lycéenne, DOMINIQUE SERRON découvre la mise en scène en animant un atelier d’étudiants, L’Atelier Danse Théâtre de A.R.M.J. à Ixelles. Les jeunes qui s’y rencontraient sont aujourd’hui des personnalités artistiques marquantes du paysage actuel (Véronique Dumont, Valérie Lemaître, Frédéric Desaege…) A l’époque, de nombreux professionnels se rendent aux représentations de cet atelier et encouragent la jeune créatrice à continuer son exploration et à chercher une voie pour faire le pas vers la professionnalisation.

Premier Prix de Conservatoire en interprétation et direction d’acteurs, Dominique Serron a doublé sa formation pratique d’une approche théorique en obtenant une licence en Etudes Théâtrales. Elle n’a cessé par ailleurs de développer sa formation et ses recherches  en mouvement, danse classique, danse contemporaine, danse de salon, théâtre Buto, technique M. Alexander, technique J. Dalcroze…

Elle crée L’Infini Théâtre en 1986 pour le spectacle Alice, adapté de l’œuvre de Lewis Carroll, qui voit le jour en novembre 87 au Botanique, vit un véritable triomphe sur les scènes belges et à l’étranger et reçoit le Grand Prix du Théâtre de la Cocof.

Primé à plusieurs reprises (par la presse, le festival des jeunes cinéastes, la Sacd, la Cocof…) son travail se caractérise surtout par une pertinence de l’occupation de l’espace et du temps directement conséquente de la constitution du texte et liée à une approche du corps singulière. Une théâtralisation vivante et moderne qui ne se prive pas de solliciter tous les ressorts de la représentation mais  reste cependant centrée sur le texte et sa dramaturgie.

Dominique Serron assure également de multiples prestations dans l’enseignement dans les Conservatoires francophone et néerlandophone, en Humanités artistiques, à l’Académie d’Ixelles, à l’Institut des Arts de Diffusion à Louvain-la-Neuve (cours de mise en scène et de didactique), et donne également des séminaires, stages et conférences notamment à l’Institut supérieur des arts visuels de la Cambre à Bruxelles, à l’Université de Louvain-la-Neuve, à la Sorbonne à Paris, à l’Université de Grenoble, à l’Université de Lille III, pour le MAFPEN en France, au Couvent dominicain de La Tourette à Lyon,…

Aujourd’hui metteur en scène, auteur, adaptateur, professeur et directrice de L’Infini théâtre, Dominique Serron multiplie les activités et points de vue, bâtissant sans cesse des ponts entre la recherche théorique et la pratique théâtrale, entre la création et l’enseignement, entre la scène et le monde. Elle défend intimement un projet culturel en interaction entre l’individu et le social, l’intime et le public, la famille d’artistes et le politique, le théâtre et la cité. La réflexion théorique qui en résulte constitue un véritable chantier auquel de nombreux collaborateurs apportent ou ont apporté leur art et leurs connaissances : Nadia Benzecri (cinéaste), Jean Bollack (helléniste),Pierre Bolle (directeur du PBA.), Lucia Bru (sculpteur), Guy-Claude François (scénographe), Éric Clémens (philosophe), Jacques Dedecker (dramaturge, écrivain, journaliste),Luc Jabon (scénariste), Florence Klein (dramaturge, actrice), Christine Mobers (scénographe), Vincent Zabus (bédéiste, auteur, acteur), et enfin, d’anciens élèves ou étudiants qui prennent goût à l’aventure et rejoignent L’Infini théâtre.

Les acteurs Laurent Capelluto, France Bastoen, Patrick Brüll, Vincent Huertas, Luc Van Grunderbeeck, Vincent Zabus constituent autour de la créatrice un groupe de réflexion qu’elle nomme spontanément Conseil de Direction de la compagnie.

L’Infini Théâtre est donc un centre de création « en spirale » où la pratique est sans cesse nourrie d’une réflexion théorique qui elle-même oriente les formations qu’elle dispense dans les écoles. Un choix de répertoire sans concession ouvre le chemin d’un dialogue fondateur qui interpelle les publics toujours nombreux aux rendez-vous.

L’expression de la création se prolonge ainsi dans la manière d’organiser le théâtre, dans un souci de l’avant et l’après spectacle et en proposant au spectateur un parcours ludique et intellectuel, à travers différents outils de médiation : animations, ateliers, stages, rencontres-débats, publications,… Ces actions sont de plus en plus assimilées à un même mouvement de recherche au plus près de l’humain. Si leurs priorités sont différentes, leurs pratiques se fondent sur une même idée de transhumance entre l’art et les gens, et sont traversées d’une même recherche : comment « faire » du théâtre aujourd’hui  sans perdre le sens?

Le 10 mars 2013.

Tags | , , , ,

Submit a Comment