Image Image Image Image Image

Reprise 

“Le Cid”

de Corneille

à la Virgule -Centre Transfrontalier de Création Théâtrale – situé à Tourcoing (Nord – 59)

Le 27 avril à 19h30

Et le 28 avril à 14h et à 20h30

Scroll to Top

To Top

Un théâtre authentique

Ubu Roi Ubu Roi Ubu Roi Ubu Roi Ubu Roi Ubu Roi Ubu Roi Ubu Roi Ubu Roi

No Comments
By admin

On 09, Jul 2013 | No Comments | In | By admin

Ubu Roi

Au Théâtre de la Place des Martyrs
Du 12 novembre au 12 décembre 2015
Du mercredi au samedi à 20h15
les mardis à 19h
Samedi 5 décembre à 19h
Dimanches 22 novembre et 6 décembre à 16h

Horrible fresque des appétits funestes, théâtre apocalyptique et carnavalesque.

« MerdRe ». On découvre un couple d’affreux.  Marionnettes humaines – ou humains articulés ? – le père et la mère Ubu sévissent en Pologne, « c’est-à-dire nulle part ».  Poussé par l’ambition de sa femme, avide d’accroitre ses richesses, Père Ubu massacre, injurie, divise, pille et dévore, actionnant les rouages infinis de la guerre et de l’argent, du pouvoir et de la guerre, de l’argent et du pouvoir.

La fable nous raconte un épisode épique d’une série qui nous semble déjà connue.  Le père et la mère Ubu, couple ordinaire et  sans enfant, en sont les deux personnages principaux.  A l’instigation de son épouse, le père Ubu, tel un Macbeth de pacotille, fomente une conjuration pour renverser Venceslas, le roi de Pologne.  Le putsch est mené avec rapidité. Le roi tué, Ubu se rue sur la couronne et le peuple se rallie immédiatement au nouveau monarque.  Sa réussite est d’autant plus surprenante et effrayante qu’Ubu ne fait preuve d’aucune qualité mais collectionne par contre avec arrogance les défauts les plus grossiers.

Par un véritable tourbillon de création, Jarry dénonce les travers universels du pouvoir : le théâtre n’est plus un lieu de divertissement pour un public avide de pièces faciles mais un véritable lieu d’expérimentation esthétique.

Le « merdre » d’ouverture qui avait tellement choqué les spectateurs de l’époque congédie quelque chose du passé pour rouvrir le rideau sur une véritable révolution dramaturgique. Ubu incarne la désillusion face à une vie politique décadente où crises et scandales se succèdent avec une légèreté désarmante, digne d’un feuilleton à sensations. Ubu, l’homme providentiel fédérateur est définitivement discrédité, l’homme providentiel est joué par un imposteur.

La « merdre » du mal ne tombe pas du ciel : par sa farce tragi-comique, Jarry, non seulement en démonte la machinerie, mais, précurseur de l’esprit libre et carnavalesque de Charlie Hebdo, il s’en moque génialement d’un sonore « merdRe » qui lui donne de l’R…

 

Pourtant réduire Ubu à un symbole, même multivalent et contradictoire serait évidemment amincir et aplatir son épaisseur.  Son poids vient de l’extraordinaire vide, sa richesse de la pauvreté des moyens, sa vie débondée de la stylisation gamine qui rendent la pièce dérisoire.  En un mot, et contrairement aux types universels du théâtre, Ubu dépasse l’existence ou plutôt la subsume.  Tandis que l’ambition suprême d’un dramaturge est de faire exister ses personnages, Ubu n’a même pas besoin de cela.

Jean-Hugues SAINMONT, Cahier du collège de Pataphysique, n° 3-4, 27 octobre 1951.

 

Avec
France Bastoen – Mère Ubu
Vincent Huertas – Père Ubu
Laure Voglaire – La reine Rosemonde, la bonne, une playgirl, une paysanne, une tortionnaire
François Langlois – Le roi de Pologne, un partisan, un paysan, un tortionnaire, un soldat, le Czar de Russie, et d’autres
Réal Siellez Bougrelas, un partisan, un tortionnaire, un paysan, un soldat, et d’autres
Luc Van Grunderbeek – Le capitaine Bordure, un paysan, et d’autres

Régie de plateau et différentes figurations, en alternance : Arthur Ferlin et Paul-Henri Crutzen

Mise en scène : Dominique Serron
Conseiller artistique : Laurent Capelluto
Encadrement artistique : Florence Guillaume
Assistante stagiaire : Sarah Gabillon

Scénographie et costumes : Christine Mobers
Création Lumières  : Franco Desautez
Création masques et nez :  Lucia Picaro
Invention mobilité des poupées : François Langlois
Assistante poupées et masques : Elodie Vriamont

Une production de L’Infini théâtre en partenariat avec le Théâtre de la place des Martyrs, avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de la Cocof, de la Loterie Nationale et du Palais des Beaux Arts de Charleroi.

Vidéos

Le Teaser – Ubu Roi

Submit a Comment