Image Image Image Image Image

Reprise 

“Le Cid” 

de Corneille

Le 30 Juillet 2017 – 21h45 – Place de la Liberté

au Festival des Jeux du Théâtre de Sarlat – Dordogne – Périgord (24)

Et prochainement…

“Le Misanthrope” 

de Molière

Création à partir du 27 Septembre 2017 à Bruxelles au Studio Thor

et à partir du 17 Octobre 2017 à l’Atelier Théâtre Jean Vilar (Louvain-La-Neuve)

Scroll to Top

To Top

Un théâtre authentique

L’Auberge du Cheval Blanc L’Auberge du Cheval Blanc L’Auberge du Cheval Blanc L’Auberge du Cheval Blanc L’Auberge du Cheval Blanc L’Auberge du Cheval Blanc L’Auberge du Cheval Blanc L’Auberge du Cheval Blanc L’Auberge du Cheval Blanc L’Auberge du Cheval Blanc L’Auberge du Cheval Blanc L’Auberge du Cheval Blanc L’Auberge du Cheval Blanc

By admin

On 09, Jul 2013 | In | By admin

L’Auberge du Cheval Blanc

Retrouvez L’Auberge du Cheval Blanc sur les planches en février 2015

PBA / Charleroi le 14 février à 20h et le 15 février à 16h
ORW / Liège les 20 et le 21 février à 20h et le  février à 15h

Vous souvenez-vous du Marseillais Napoléon Bistagne, de la fraîche petite Clara, du pédant avocat Florès, de l’émouvant majordome Léopold  ou de l’élégante Josefa ? Vous rappelez-vous ce lustre grandiose et ce majestueux escalier sortis tout droit de l’imagination de François Schuiten ? Les petites robes à fleurs, les tenues de bain rétro, les prés aux vaches…? L’Auberge du cheval blanc rencontrait à sa création en 2012 un grand succès. Près de 7000 spectateurs ont applaudi à Charleroi et à Liège ce titre emblématique de l’opérette, remodelé et résolument dépoussiéré.

Partition originale de Ralph Benatzky

A l’Auberge du Cheval Blanc, Léopold, maître d’hôtel qui n’a pas froid aux yeux, se pâme d’un amour déclaré pour sa patronne Josepha, femme de caractère soucieuse des conventions. Sans retour, d’autant plus que celle-ci est éprise de Florès, un avocat parisien bien fait de sa personne. Lorsque parmi les touristes, arrivent le marseillais Bistagne, homme d’affaires, et sa charmante fille Sylvabelle, naît chez le maitre d’hôtel un stratagème digne du vaudeville: favoriser l’attirance naissante entre Florès et la jeune fille, pour éloigner l’avocat de Josepha !

Déjà de nouveaux clients se pressent et les destins se croisent, car « à l’Auberge du Cheval Blanc, on ne reste jamais seul très longtemps », les mariages d’argent n’ont pas la cote et un vent de fraîcheur souffle sur les conventions. Voici donc notre Auberge instituée carrefour des relations amoureuses, actrice des désirs de ceux qui osent se dire, et lieu de tous les possibles…

Notre auberge magique, où la convention ne craint pas de se dépoussiérer, semble l’écrin rêvé pour revisiter avec appétit un genre cher au public de Charleroi, lieu de la création, et rejoindre par là le mouvement de rénovation de l’opérette qui s’est emparé de l’Europe. Dominique Serron, chef d’un chantier ancré dans la tradition, à l’écoute de l’impact contemporain, et parée de son propre langage, a rassemblé des artistes issus tant du lyrique que du théâtre, pour ériger ce haut classique populaire dont la direction de Jean-Pierre Haeck garantit la noblesse musicale.

Car si on parle de genre mineur, c’est simplement que chacun de nous pourrait être le héros de cette fable. Le spectateur se voit lui-même se débattre avec son quotidien, et l’auberge l’invite à rêver sa vie pour que celle-ci lui ressemble lorsqu’il est généreux, ludique, festif… et amoureux. « L’intériorité du souffle » au seuil de la parole trouvera alors un prolongement chanté, dansé et joué. Qu’il soit fantasque, voire grotesque, le jeu restera sincère et exigeant, à la hauteur des valeurs qui habitent l’être humain à l’écoute de ses désirs… comme Léopold !

Et dans un réalisme poétique, où l’épure scénographique de François Schuiten laisse la place au rêve, et les objets bien que réalistes semblent surgir de l’esprit de Léopold, tout un monde coloré et insaisissable est convoqué. Il rappelle qu’on peut, le temps d’un soir, être à l’opéra comme au théâtre, au théâtre comme au cinéma, et au cinéma comme dans nos vies… Mais nos vies éclairées de nos rires… et ça fait du bien !

L’équipe 2015 :

Mise en scène : Dominique Serron
Adaptation : Dominique Serron et Vincent Zabus
Direction musicale : Jean-Pierre Haeck
Direction du chœur : Antoni Sykopoulos
Scénographie : François Schuiten
Costumes : Renata Gorka
Lumières : Franco Dessautez
Assistant à la scénographie : Thomas Delord
Assistanat à la mise en scène : Coline Gourdin et Colin Javaux

Distribution :
Josepha
, la patronne du Cheval Blanc, Alexise Yerna
Léopold, son maître d’hôtel, François Langlois
Maître Guy Florès, avocat parisien, Nicolas Bauchau
Sylvabelle, fille de Napoléon Bistagne, Natacha Kowalski
Napoléon Bistagne, Marc Pistolesi
Célestin Cubisol, David Serraz
Clara, fille du professeur Hinzelmann, Anne-Isabelle Justens
Le professeur Hinzelmann, David Macaluso
Piccolo, apprenti, Emilien Vekemans
L’Empereur, Toni d’Antonio
Jocelyne, une cliente, Pascale Vyvère
Kathi, la postière, Candy Saulnier

Le chœur :
Cécile Bolle, Jérémy Cornet, Toni D’Antonio, Kathy De Stercke, Cécile Delberghe, Mélanie Delva, Maïlys Dumon, Farah El Hour, Morgane Justens,Vanessa Fantinel, Florence Guillaume, Fanny Hanciaux, Manon Hanseeuw, Pascal Heringer, Vincent Huertas, Daphné Liégeois, David Macaluso, Jean-François Maun, Joël Minet, Thomas Mustin, Aurore Rinchon, Candy Saulnier, Réal Siellez, David Serraz, Antoni Sykopoulos, Benjamin Torrini, Patricia Van Acker, Emilien Vekemans, Camille Voglaire, Laure Voglaire, Pascale Vyvère

Les enfants :
Maria Valentina Billeci, Sarah Dausort, Roméo Delcroix, Mateo Pasqualini, Julie Pinpin, Julien Pinpin, Santo Puopolo , Noémie Rocher

Une production PBA / ORW, Production exécutive / L’Infini théâtre
Direction artistique / Dominique Serron

Documents à consulter :
Interview de François Schuiten – Scénographe